Misteur Valaire

•janvier 31, 2011 • Laisser un commentaire

Bon, pour commencer cette série musique, je veux vous parler de mes chouchou, c’est Misteur Valaire, des petits gars de Sherbrooke qui ont étudié ensemble la musique au CEGEP de cette ville Québecoise. Mais ces cinq garçons dans le vent se connaissent depuis bien plus longtemps. Selon leur bio officielle, ils jouent ensemble depuis l’âge de 6 ans…

Les années passant, ils ont su réunir la sainte trinité de la musique : électro- jazz-hip hop avec brio et avec un humour très second degré et très décalé. Certains de leurs vidéo clips sont même de jolis petit bijoux d’esthétisme et de drôlerie comme celui de la chanson « It’s all good ».

J’ai découvert leur dernier album (sorti en mai 2010) chez moi. Un jour, après une dure journée de labeur, je suis rentrée et j’ai trouvé ce joli CD en cadeau sur mon bureau (merci coloc). Cet album, c’est Golden Bombay. Un son teinté de pop, qui donne envie pour pousser les tables et les chaises de sa chambre, de prendre ses deux petits pieds et de sautiller gaiement !

Il y en a une, November Number 3 (4ème sur l’album) qui a vraiment eu un impact assez fort sur mes oreilles. Elle est belle, rythmée et la voix de la chanteuse se mêle délicatement à un saxo plaintif. La rythmique redonne l’espoir à une chanson qui sinon pourrait être un peu triste. Elle lui insuffle de la puissance.

Je pense qu’il n’y a pas encore de clip, mais elle est sur you tube :

Je ne sais vous, mais pour moi, ce type de chanson résonne comme si c’était une évidence, comme si je la connaissait déjà. J’ai eu cette impression la première fois en entendant « Le vent nous portera » de Noir Désir… Vous voyez de quoi je parle ou je divague ?

Bon et surtout, c’est le genre d’album qui s’écoute en entier. Les chansons se succèdent et se répondent.  Si ça vous donne envie, en plus, Misteur Valaire a un modèle économique intéressant : sur leur site ici, vous pouvez télécharger l’album en y mettant le  prix de votre choix. En 2007, Radiohead avait fait ça aussi et ça avait été très rentable pour eux. J’espère que cette tactique de vente fonctionnera pour Misteur Valaire, par ailleurs, l’album n’est pas disponible sur i tunes.

Vous entendez à nouveau parler d’eux dans quelques jours car je vais les voir en concert au Métropolis le 17 février prochain (yééé). Les Français, sachez qu’ils vont aussi tourner en France dans les prochains mois (dates sur leur site). Vous pourrez ainsi les voir le 5 mai prochain à Paris.

Ici, on peut les voir en live… Je sais, ça fait beaucoup de vidéos sur un seul post mais celle-ci, je voulais vraiment vous la montrer ! J’ai vraiment hâte d’y être, je vous raconterai ça d’ici quelques jours…

En attendant, vous pouvez continuer de découvrir leur musique sur leur Myspace ici !

Y a pas que des chansonniers au Québec

•janvier 31, 2011 • Laisser un commentaire

Comme ça fait longtemps que je n’ai pas écrit ici (mais cette fois, je ne m’excuse pas…) j’ai décidé de faire désormais des posts utiles. À chaque fois que je tchatte ou skype un ami en France ou ailleurs dans le monde, je leur parle de musique. Et je m’indigne (parce que c’est à la mode) : personne ne connait la musique québécoise actuelle (Arcade Fire est l’exception à la règle). Bien sûr, les Français vont penser à Céline Dion, Isabelle Boulay ou Garou, chanteuses et chanteurs à voix qui ont rendu le Québec célèbre dans les bacs français et ont contribué à notre détestation de toute musique provenant de la Belle Province. Certains français peuvent avoir aussi récement entendu parler de Coeur de Pirate, la jolie blondinette tatouée qui chante avec une voix de gamine effarouchée. Ça a pas l’air sympa dit comme ça, mais  en fait, je l’aime beaucoup, surtout les reprises qu’elle fait comme des chanson de Nirvana ou la magnifique reprise d’Umbrella avec Julien Doré et un ukulélé.

Puis son photographe aussi je l’aime bien, c’est le même John Londono dont je vous avait parlé dans mon post consacré au Kid de Montréal. Il a fait la photo de cover de son premier CD et je vous avai

Enfin, Coeur de Pirate me permet de vous parler de son label. Il s’appelle Dare to Care. Je ne les connais pas ( les aléas de ma vie montréalaise m’ont juste fait croiser un des membres de l’équipe), mais j’aime ce qu’ils font : leurs clips, la plupart des artistes qu’ils signent, leur image publique etc.  Je vais donc essayer de vous parler de certains de leur artistes le plus régulièrement possible. Pour les montréalais, sachez aussi que Dare to Care organise parfois des soirées au Divan Orange.

Bon tout ça pour vous dire que je vais essayer de vous faire partager un peu de cette belle créativité musicale québécoise dans mes prochaines lignes…

Epik Pic Nik

•août 18, 2010 • Laisser un commentaire

Le dimanche en ville souvent, c’est l’ennui…

On ne sais pas trop quoi faire, on se remet de son samedi soir, on glandouille gentiment sur le divan et on se dit « quand même, il faudrait que je sorte »… Ce qui est bien à Montréal, c’est que chaque dimanche d’été, la motivation est facile à trouver. Imaginez un endroit un peu rêvé… Une île envahie de jeunes et de moins jeunes, de familles avec des enfants, de hippies, de gens branchés ou juste de personnes « normales ». Un endroit où tous les styles se retrouvent pour danser, pique-niquer, prendre l’air. Qui a dit que l’électro était réservée à des salles sombres pleines à craquer de fêtards déchaînés ? L’électro c’est bien aussi en plein jour, les pieds dans le gazon et les yeux tournés vers le ciel…

Avec les Piknic electronik, le dimanche après midi, c’est pas encore la mort du week end… Il se prolonge et s’étend encore un peu grâce à la musique et aux DJ’s qui viennent se produire sur l’une des scènes du Parc Jean Drapeau, situé sur l’une des îles face à Montréal, sur le Saint Laurent…

Dimanche dernier, il pleuviottait doucement, pourtant, un jeune anglais a su nous faire oublier les gouttes et faire danser une foule qui grossissait en même temps que ses rythmes accéléraient. Il est Londonien et s’appelle « Elite Force » ou Simon Shackleton dans le civil… Son Myspace, c’est par . En plus il est beau et prend tellement de plaisir à mixer qu’il transpire le bonheur. Et le bonheur, ça se communique… Ça fait oublier la grisaille et la pluie.

Si vous avez la flemme de cliquer sur le lien vers son Myspace, je vous en mets un petit bout ici…

Du coup, il nous a bien fait bouger… Comme vous pouvez le voir par là…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bonne nouvelle, les Piknic Elecronik continuent encore plus d’un mois. Cette année, les DJ’s feront vibrer l’île Sainte Hélène jusqu’au 5 octobre.

Les jolies filles du Kid de Montréal

•août 17, 2010 • 2 commentaires

Il y a quelques mois, je suis allé donner un (tout petit) coup de main sur le tournage d’un clip musical du Kid et les Marinellis, un groupe de rock Montréalais. Ces petits jeunes font un rock péchu et détendu qui met de bonne humeur… En plus, la voix du chanteur et les paroles des chansons me font penser à Dutronc (père), ce qui ne gâche rien. 

Entre deux roulage de câble et un coup de serpillière, j’en ai profité pour faire un petit making of photo du tournage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je sais que vous mourrez forcément d’envie de voir le résultat final de tout ce beau travail…

Alors je ne vous fait pas plus attendre (en même temps, le clip est sorti il y a déjà 4 mois… donc en terme d’attente on a vu mieux).

Réalisation et direction photo: John Londono
Productrice: Gabrielle Tougas-Fréchette, Voyous films
Montage: Guillaume Marin

Pour info, le réalisateur et DOP, c’est John Londoño, un super photographe de Montréal dont vous pouvez découvrir le travail ici.

Pour en savoir plus sur Voyous Films, la société de production du clip, c’est sur ce site (encore en construction).

Et pour découvrir les autres chansons et les dates de concert du Kid et les Marinellis, vous pouvez aller voir leur Myspace par .

Culturons nous, cultivez vous !

•août 15, 2010 • Laisser un commentaire

Quoi de mieux qu’un peu de culture (dans ce monde de brutes) pour reprendre ce blog, après le billet d’excuses plates…

Ma douce colocataire, Gabrielle Tougas-Frechette est une jeune femme pleine de ressources, l’une de ses multiples activités (car elle a plusieurs vies) est d’être productrice. Elle est assistante de production dans une des plus grosses boites de production du Québec. Là, ils font du long métrage de fiction, du cinéma quoi !

Le 17 septembre, sort leur nouveau film. Il s’appelle Incendies. En France, il devrait sortir cet hiver. Sinon, il sera diffusé dans le cadre du 14ème festival Cinéma du Québec, à Paris, au Forum des Images.

Pitchons donc la chose pour vous donner envie d’aller le voir… Mais moi, je ne l’ai pas encore vu, donc je ne peux pas le faire. Voici un résumé trouvé sur le blog Films du Québec

« Lorsque le notaire Lebel fait à Jeanne et Simon Marwan la lecture du testament de leur mère Nawal, les jumeaux sont sidérés de se voir remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de Nawal, enfermée ces dernières années dans un mutisme obstiné depuis son lit d’hôpital. Elle décide immédiatement de partir au Moyen-Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien… Le jeune Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère avare d’affection qui a passé sa vie à leur empoisonner l’existence. Mais son amour pour sa soeur le poussera bientôt à rejoindre Jeanne au Moyen-Orient sur la piste d’une Nawal bien loin de la mère qu’ils ont connue. Épaulés par le notaire Lebel, les jumeaux remonteront le fil de l’histoire de celle qui leur a donné la vie, découvrant un destin tragique marqué au fer rouge par la guerre et la haine… et le courage d’une femme exceptionnelle »

Amis Français, savourez votre chance de pouvoir voir ce film sur grand écran (à Paris, il s’entend). Car avouons-le, ce n’est pas courant. Je ne sais pas pourquoi, (si je sais, c’est à cause de l’accent), aucun film québécois n’arrive sur les écrans Français (en dehors de festivals et salles d’art et essai). Exception à la règle : C.R.A.Z.Y. Pourtant, même ce film, loué par la critique et encensé par mes certaines de mes copines (pour Marc-André Grondin, hein, pas forcément pour le film…) n’avait eu que peu d’échos  en France. Il faut dire que tous mes amis français qui l’ont vu m’ont toujours expliqué « non mais c’est pas possible, il faut mettre les sous-titres, sinon, on comprends rien ! » Tabarnak ais-je envie de répondre ! Mets-les y donc les sous-titres, mais regarde donc le cinéma Québécois, car il est riche et dynamique.  

Ce dynamise est entre autre incarné par des boites comme Micro_scope, la société de ma colocataire. Ils ont déjà produit entre autre C’est pas moi je le jure, l’histoire douce, drôle et tragique d’un petit garçon de 10-11 ans. Il est turbulent et a des tendances suicidaires, surtout depuis le départ de sa mère pour la Grèce, pays où elle espère se trouver elle même dans les pas des philosophes de l’Antiquité…

Pour vous donner envie voilà la bande-annonce

Shame on me, my blog was dead !

•août 15, 2010 • Un commentaire

Ahhh ! rien de neuf depuis février… Il faut dire que l’amour m’a pris tout mon temps libre, et que j’ai préféré partager mes découvertes Montréalaises avec Lui plutôt qu’avec Vous…

Mais j’ai décidé de me reprendre en main et de recommencer de façon un temps soit peu assidue la rédaction de ce blog…

Je vais essayer de vous raconter petit à petit tout ce que j’ai découvert de Montréal, du Québec et du reste du Canada mais ça va prendre un peu de temps…

Pour une nuit polaire

•février 24, 2010 • Un commentaire

Bon, alors si il y a bien une visite quasi incontournable en hiver au Québec, c’est l’Hôtel de Glace. Situé à environ une demie heure du centre ville de Québec, le site est reconstruit chaque hiver et ouvert au public de janvier à fin mars.

À l’arrivée, je grince des dents : 16 dollars, c’est un peu cher pour visiter un hôtel…

Mais finalement, ça vaut le détour, et même si je trouve ça cher, je conseille la visite.

L’hôtel de Glace est vraiment joli… Il y a bien sûr quelques chambres basiques : murs de glace et lits (de glace aussi) sur lesquels on a rajouté un matelas, mais la plupart des chambres sont de véritables oeuvres d’art.

À chaque suite sont thème : maritime, sauvage, industriel etc.

Voici un petit aperçu de ma visite

entrée dans l'hôtel de glace

ma future chambre

on n'y passerait pas la nuit

Au bout d’une petite heure de visite par contre, on se les pèle sévère…

Autant dire que j’y aurais pas passé la nuit, même si le décors est très joli et qu’on peut boire de la vodka dans des verres en glace pour se réchauffer le coeur…

Les clients qui décident de tenter l’expérience peuvent aussi aller se réchauffer dans le spa de l’hôtel (hammam et sauna).

Donc la visite c’est chouette, mais une nuit entière… Je ne suis pas sûre. De plus, les forfaits nuitée sont compris entre 350 $ et 800 $… Un peu cher pour attraper une pneumonie…

Si ça vous tente, vous pouvez avoir plus de renseignements en visitant le site internet de l’Hôtel de Glace.

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.