Culturons nous, cultivez vous !

Quoi de mieux qu’un peu de culture (dans ce monde de brutes) pour reprendre ce blog, après le billet d’excuses plates…

Ma douce colocataire, Gabrielle Tougas-Frechette est une jeune femme pleine de ressources, l’une de ses multiples activités (car elle a plusieurs vies) est d’être productrice. Elle est assistante de production dans une des plus grosses boites de production du Québec. Là, ils font du long métrage de fiction, du cinéma quoi !

Le 17 septembre, sort leur nouveau film. Il s’appelle Incendies. En France, il devrait sortir cet hiver. Sinon, il sera diffusé dans le cadre du 14ème festival Cinéma du Québec, à Paris, au Forum des Images.

Pitchons donc la chose pour vous donner envie d’aller le voir… Mais moi, je ne l’ai pas encore vu, donc je ne peux pas le faire. Voici un résumé trouvé sur le blog Films du Québec

« Lorsque le notaire Lebel fait à Jeanne et Simon Marwan la lecture du testament de leur mère Nawal, les jumeaux sont sidérés de se voir remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de Nawal, enfermée ces dernières années dans un mutisme obstiné depuis son lit d’hôpital. Elle décide immédiatement de partir au Moyen-Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien… Le jeune Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère avare d’affection qui a passé sa vie à leur empoisonner l’existence. Mais son amour pour sa soeur le poussera bientôt à rejoindre Jeanne au Moyen-Orient sur la piste d’une Nawal bien loin de la mère qu’ils ont connue. Épaulés par le notaire Lebel, les jumeaux remonteront le fil de l’histoire de celle qui leur a donné la vie, découvrant un destin tragique marqué au fer rouge par la guerre et la haine… et le courage d’une femme exceptionnelle »

Amis Français, savourez votre chance de pouvoir voir ce film sur grand écran (à Paris, il s’entend). Car avouons-le, ce n’est pas courant. Je ne sais pas pourquoi, (si je sais, c’est à cause de l’accent), aucun film québécois n’arrive sur les écrans Français (en dehors de festivals et salles d’art et essai). Exception à la règle : C.R.A.Z.Y. Pourtant, même ce film, loué par la critique et encensé par mes certaines de mes copines (pour Marc-André Grondin, hein, pas forcément pour le film…) n’avait eu que peu d’échos  en France. Il faut dire que tous mes amis français qui l’ont vu m’ont toujours expliqué « non mais c’est pas possible, il faut mettre les sous-titres, sinon, on comprends rien ! » Tabarnak ais-je envie de répondre ! Mets-les y donc les sous-titres, mais regarde donc le cinéma Québécois, car il est riche et dynamique.  

Ce dynamise est entre autre incarné par des boites comme Micro_scope, la société de ma colocataire. Ils ont déjà produit entre autre C’est pas moi je le jure, l’histoire douce, drôle et tragique d’un petit garçon de 10-11 ans. Il est turbulent et a des tendances suicidaires, surtout depuis le départ de sa mère pour la Grèce, pays où elle espère se trouver elle même dans les pas des philosophes de l’Antiquité…

Pour vous donner envie voilà la bande-annonce

Publicités

~ par marikaouette sur août 15, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :